ILOT – Sémantique et éducation

De la taxonomie à l’ontologie de Bloom (1)

roue_bloom

La roue de la taxonomie de Bloom, par K. Aainsqatsi

Dans l’article « Organisation des différentes ontologies (1) », nous avons fait référence brièvement  à la taxonomie des objectifs pédagogiques de Bloom. Cette taxonomie a été transformée en ontologie et classée en tant qu’une des ontologies « Actions pédagogiques » dans notre système.

Cette taxonomie étant très connue et largement utilisée dans le milieu des professionnels de la pédagogie, il serait ainsi judicieux de l’aborder de façon plus approfondie. Une telle étude nous permet de justifier nos motivations et de démontrer notre démarche de travail en considérant à la fois le scénario d’usage anticipé, le respect des « vocabulaires » officiels du programme scolaire et le choix technologique pour la production d’une telle ontologie.

1. Qu’est-ce que la taxonomie de Bloom ?

La taxonomie de Bloom[1], créée par Benjamin Bloom en 1956,  est un système de la classification hiérarchique des niveaux d’acquisition des connaissances. L’usage de cet outil se trouve dans la pédagogique par objectifs.

La taxonomie de Bloom, révisée par Lorin Anderson en 1991, est une grille d’analyse décomposée en 6 grandes familles d’habilités cognitives, de la plus simple à la plus complexe. Chaque famille contient les verbes d’action « Habilités ciblées ». Voir le tableau 1.[2]

Taxonomie de
Bloom
Habiletés ciblées Exemples de questions
Acquérir des
connaissances

identifier, nommer, énumérer, rappeler, décrire, énoncer, déterminer, nommer – Qui…?
– Qu’est-ce…?
– Décris…
– Nomme…
Comprendre raconter, interpréter, ressortir, résumer, réviser, déduire, expliquer – Quelle est l’idée principale…?
– Expliquer ce que signifie…
– Quels sont les faits?
– Quelles sont les opinions?
Appliquer appliquer, préparer, simuler, découvrir, utiliser, s’exercer – Pourquoi…est-il important?
– Qu’est-ce qui t’arriverait si…?
– Comment…?
Analyser comparer, ordonner, opposer, classer, distinguer, déduire, mettre en perspective Comment…se compare-t-il à…?
– Quel est le rapport entre…et…?
– Quelles sont les causes et les effets de…?
Évaluer évaluer, justifier, critiquer, apprécier, juger Qu’est-ce qui est plus important et
pourquoi?
– Lequel est le plus logique?
– Quels sont les forces et les défis?
– Quel est ton point de vue au sujet de…?
– Évalue les effets et les causes de…
– Quelle est ton opinion sur…?
Créer élaborer, concevoir, composer, organiser, résoudre, planifier, produire, réaliser Quelle est la solution à…?
– Quel effet…a-t-il sur…?
– Élabore un organisateur graphique pour…
– Quelles sont les solutions de rechange à …
– Invente un nouveau…avec ce que tu as
trouvé?

Tableau 1: Les différentes habilités ciblées de la taxonomie de Bloom revisitée par L. Anderson et les questions que les enseignants peuvent formuler pour atteindre les objectifs pédagogiques

En effet, la taxonomie de Bloom « permet de catégoriser les niveaux d’abstraction des questions communément posées dans les tests, épreuves et autres contrôles d’évaluation. (Cf : Tableau 1, colonne droite). Elle permet, en outre, d’identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Identifier le type d’objectif d’apprentissage visé par une ressource permet d’envisager son intégration dans une séquence pédagogique. » [3]

Pour ce qui est de l’application de la taxonomie de Bloom pour aider les enseignants à formuler les objectifs pédagogiques, certaines communautés de formateurs [4] citent l’outil The Differentiator. Cet outil permet en effet aux formateurs de concrétiser leurs objectifs pédagogiques en associant quatre éléments principaux conçus par Sandra N. Kapian et al. :

  •  Thinking Skill (ou les verbes d’action de Bloom),
  •  Differentiate content (les séries des mots pour aborder les contenus avec le profondeur, la complexité, les impératifs etc.),
  • Research Skill (les différentes typologies des ressources que les élèves peuvent utiliser pour développer la compétence de la recherche),
  • Products (les formes des travaux attendus).

L’outil propose aux formateurs de composer des activités pédagogiques sous forme de phrase à partir des concepts relatifs à ces quatre éléments et regroupés dans les différents onglets. (Cf. Figure 1)

Bloom_Image0

L’interface des différents onglets contenant les quatre éléments pour composer les objectif pédagogiques de l’application The Differentiator. Cette dernière propose également d’ajouter le nombre des étudiants pour le travail en groupe.

En s’inspirant de cette étude de synthèse sur l’importance, la pratique et l’usage de la taxonomie de Bloom dans la démarche de la préparation des cours pour les enseignants, nous avons intégrée celle-ci dans notre système de la recherche et de l’indexation des ressources éducatives sur la plateforme ILOT.

Dans le prochain article, nous aborderons les aspects de la conception et du développement de l’ontologie de Bloom.


[1]  Service TICE-EAD, Plate-forme multimédia, Université Pierre-Mendès France, Taxonomie de Bloom,  [ http://appui.upmf-grenoble.fr/wiki/index.php/Taxonomie_de_Bloom ]

-Cf. Egalement Du design à la pédagogie [ http://louberee.wordpress.com/2007/09/16/la-taxonomie-de-bloom/]

[2] Cf: http://www.umoncton.ca/sase/files/sase/wf/taxonomie%20de%20Bloom.pdf

A comparer avec le tableau synthétique de la taxonomie de Bloom version 1956 [http://www.cefes.umontreal.ca/ressources/guides/Plan_cours/doc/taxonomie-cognitif.pdf ]

[3] Voir [1]

[4 ] David Vellut, Définir des objectifs pédagogiques efficaces et cohérents grâce à la taxonomie de Bloom et la méthode SMART [ http://www.formavox.com/definir-objectifs-pedagogiques-formation-taxonomie-bloom-methode-smart ]

 

Auteur : Jirasri Deslis

Ingénieur R&D, TSI, Télécom ParisTech, Institut Mines-Télécom Voir tous les articles de Jirasri Deslis